Mon blog-notes pour vous parler du métier de traducteur, mais aussi et de manière plus générale de la langue française, de son étymologie, de sa littérature, de sa traduction, de ses expressions et d'un tas d'autres surprises.
N'hésitez pas à donner votre avis en cochant les cases sous chaque billet.

lundi 21 septembre 2009

Anantapodoton

Derrière ce terme grec qui ressemble à un nom d'animal préhistorique se cache une figure de style assez méconnue mais pourtant bien usitée, quoique plus souvent par distraction ou par erreur qu'à escient.

L'anantapodoton est une sorte d’anacoluthe (oui, comme l'insulte du capitaine Haddock), c'est-à-dire une rupture voulue de la construction syntaxique. Le procédé en est simple : il consiste à omettre la présence d'un  des termes d'une expression d'alternative. Pardon ? Oui, quelques exemples seront plus parlant :

Paul Valéry, Tel Quel

Ici, Paul Valéry oublie sciemment de compléter sa phrase par "les autres", qu'on attend en toute logique en opposition à "les uns". Un raisonnement logique laisse à penser que "les autres y songent", mais il aurait été plus simple de remplacer "les uns" par "certains".

Notre anantapodoton se construit principalement à partir de corrélations connues : tantôt... tantôt..., plus... plus..., les uns... les autres..., soit... soit..., ou... ou..., etc. Si l'on peut le considérer comme une figure de style, il s'agit très souvent d'un oubli du locuteur ou de l'auteur. Combien de fois rencontrons-nous une phrase qui comporte "d'un autre côté" ou "d'autre part" sans son complément logique "d'un côté" ou "d'une part" ? Cela arrive souvent par oubli, mais aussi quand, par abus de langage, l'auteur utilise cette expression signifiant l'exclusion ou l'alternative alors qu'il veut passer à un autre aspect du sujet et ferait donc mieux de dire "ensuite". Dorénavant, vous pourrez coller un nom sur cette erreur de style !

Dans le même genre, mais un peu plus recherché (et surtout complètement passé dans le langage courant sans paraître pour une erreur), il y a l'anantapodoton avec la paire "non seulement ... mais encore / mais en plus". Pensez-y la prochaine fois que vous demanderez à votre interlocuteur de compléter sa pensée, comme le fait ici Dom Juan à Sganarelle sous la plume de Molière :

Molière, Dom Juan, Acte I, Scène II.

Enfin, un dernier exemple ressortissant à l'humour surréaliste, se retrouve parfois dans des blagues d'enfants, qui sans le savoir utilisent un anantapodoton quand ils demandent :
"Quelle est la différence entre un train ?" (... et quoi ?)

3 commentaires:

  1. Voilà une définition qui m'a donné un bon coup de main dans mon sujet d'étude!

    RépondreSupprimer
  2. merci beaucoup pour ces exemples! ça m'aide beaucoup pour mon devoir!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Badaudant sur Internet je suis tombé sur votre blog. Une mine, un gouffre... fantastique. Bravo.

    Nous nous amusons, avec quelques amis, à essayer de développer une sorte de carrefour ludique de réflexion interactive collective, articulé sur la langue française. Ceci de manière un peu austère, c'est à dire sans images et autres stimuli consuméristes spectaculaires.
    Plaisir et découvertes sont nos moteurs primaires. Qui ont fait émerger après quelques années une base de donnée singulière, maintenant dotée d'un moteur de recherche efficace.
    Voilà. Peut-être qu'en "tâtonnant" dans ce "chaos" - deux concepts très importants ici - vous amuserez-vous, et aurez envie de nous encourager-descendre en flamme-nourrir en idées...
    A ce stade nous avons donc besoin de retours, critiques, et autres idées... qui nous aiderons à avancer.
    Merci de ne pas communiquer ce lien plus loin, nous sommes au tout début, les possibilités de développements futurs se bousculent un peu et nous voulons limiter les intervenants.
    En espérant ne pas vous avoir dérangé et en vous remerciant pour votre temps nous vous transmettons nos salutations cordiales.

    M. Gaillard http://xn--rflchir-byac.net/

    RépondreSupprimer

Membres