Mon blog-notes pour vous parler du métier de traducteur, mais aussi et de manière plus générale de la langue française, de son étymologie, de sa littérature, de sa traduction, de ses expressions et d'un tas d'autres surprises.
N'hésitez pas à donner votre avis en cochant les cases sous chaque billet.

vendredi 25 septembre 2009

Holorime

Des vers holorimes sont des vers entièrement homophones. La rime est consitituée du vers entier.

Ce processus tient plus du jeu que de la poésie et le résultat n'est donc pas toujours très compréhensible. Les poèmes holorimes (holo- est un préfixe grec signifiant entièrement) peuvent être une contrainte littéraire volontaire, un exercice de style auquel se prêta par exemple Alphonse Allais, oulipien avant la lettre :
« Par les bois du djinn où s'entasse de l'effroi,
Parle et bois du gin ou cent tasses de lait froid. »
ou encore :
« Alphonse Allais de l'âme erre et se f... à l'eau.
Ah ! l'fond salé de la mer ! Hé ! Ce fou ! Hallo. »
ou bien celui-ci, qui n'est pas à proprement parler holorime, voyez donc pourquoi :
« Ah ! Vois au pont du Loing : de là vogue en mer Dante.
Hâve oiseau pondu loin de la vogue ennuyeuse. »
Allais nous explique à quoi cela rime dans une note de bas de page : « La rime n'est pas très riche, mais j'aime mieux cela que de sombrer dans la trivialité. »

Victor Hugo, dont les facéties textuelles ne passent que trop souvent inaperçues, s'est lui aussi (et avant Allais) essayé à la tâche :
« Et ma blême araignée, ogre illogique et las
Aimable, aime à régner, au gris logis qu'elle a. »
Enfin, en dehors de ces quelques vers pas piqués d'eux-mêmes, il existe des poèmes entiers basés sur ce processus et dont le premier recensé est un sonnet de Jean Goudezki, un chansonnier ami d'Alphonse Allais et à qui justement il adresse cette « Invitation » en 1892 :
Je t'attends samedi, car Alphonse Allais, car
A l'ombre, à Vaux, l'on gèle. Arrive. Oh ! la campagne !
Allons - bravo ! - longer la rive au lac, en pagne ;
Jette à temps, ça me dit, carafons à l'écart.

Laisse aussi sombrer tes déboires, et dépêche !
L'attrait (puis, sens !) : une omelette au lard nous rit,
Lait, saucisse, ombre, thé des poires et des pêches,
Là, très puissant, un homme l'est tôt. L'art nourrit.

Et, le verre à la main, - t'es-tu décidé ? Roule -
Elle verra, là mainte étude s'y déroule,
Ta muse étudiera les bêtes ou les gens !

Comme aux dieux devisant, Hébé (c'est ma compagne)...
Commode, yeux de vice hantés, baissés, m'accompagne...
Amusé tu diras : « L'Hébé te soûle, hé ! Jean ! »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Membres